21/03/2018 | Spirale dynamique : boussole pour transformer les organisations ? Avec Max Meulemans

Slides de la conférence présentés par Max

 

Horaire : 19:30 – 22:30 (accueil à partir de 19:00)

 

Lieu : Maison ND du Chant d’Oiseau, 3A, Avenue des Franciscains à 1150 Woluwé-Saint-Pierre.

 

 

Participation aux frais & Inscriptions

 

Comme nous l’a montré avec brio le professeur Jacques Forest, les principes des entreprises libérées conceptualisées par Getz convergent avec les besoins psychologiques innés et universels (compétence, autonomie et affiliation) des êtres humais au travail (comme présentés dans la théorie de l’auto-détermination développée par Deci & Ryan ; ces besoins convergent avec ceux de l’Elément Humain de Will Schutz).

 

Les principes des entreprises Opale présentées par Frédéric Laloux dans Reinventing Organizations sont légèrement différents et moins ancrés dans des grilles d’analyses psychologiques. Laloux prend plutôt comme base théorique la spirale dynamique développée par Clare Graves et l’adapte à sa philosophie des organisations.

 

Nous avons donc demandé à Max Meulemans, spécialiste de la spirale dynamique de nous éclairer sur cette théorie lors de notre conférence du 21 mars 2018 et d’approfondir avec nous ses applications en entreprises le 22 mars 2018. Le modèle de la spirale dynamique peut servir en effet de boussole pour faciliter la transformation d’organisations.

 

La spi­rale dyna­mi­que est un modèle inté­gra­tif de com­pré­hen­sion de nos modes de pen­sées. Peu connu en Europe, il a été déve­loppé depuis les années 50 aux Etats-Unis par Clare Graves, à l’époque pro­fes­seur de psy­cho­lo­gie à l’Université de New-York, sous le nom de ECLET (Théorie de l’émergence cyclique des niveaux d’existence). La spirale dynamique a été affinée et diffusée trente ans plus tard par ses élèves Don Beck et Christopher C. Cowan. Une version légèrement différente de la spirale dynamique a été également développée par Ken Wilber.

 

Grille de lecture à la fois les processus d’évolution des individus, des organisations ou de nos sociétés et de toute l’humanité, les principes généraux de la spirale dynamique sont les suivants :

  • L’évolution des individus, organisations ou sociétés peut-être décomposé en plusieurs « niveaux d’existence ». Chaque niveau d’existence repose sur une valeur profonde adoptée par un individu, une organisation ou une société humaine pour s’adapter aux conditions de vie qu’il rencontre.
  • La transition d’un niveau d’existence à un autre se fait généralement lorsque la solution devient le problème, lorsque ce qui était du confort devient de l’inconfort (le problème, c’est l’excès de la solution précédente !)
  • L’évolution des niveaux d’existence se produit par un effet de balancier qui se fait sur deux axes : l’un est « centré sur soi », l’autre est « centré sur le collectif ».

La spirale dynamique synthétise l’évolution de l’espèce humaine en 8 étapes (appelés « Mèmes », symbolisés par des couleurs), qui correspondent à différents niveaux de conscience collective:

  • Beige (la survie, en assurant les impératifs physiologiques);
  • Violet (la sécurité, en se conciliant les puissances spirituelles et en respectant les coutumes, les rituels et les ancêtres);
  • Rouge (pouvoir, en assurant sa domination, la loi du plus fort);
  • Bleu (ordre, en se soumettant à une « vérité ultime », comme une idéologie, une religion);
  • Orange (succès, en assurant sa réussite matérielle);
  • Vert (harmonie, en trouvant la paix et le sens de la vie par l’appartenance, l’égalité et le partage);
  • Jaune (fonctionnalité, par une vision systémique du monde, vu comme un système complexe marqué par le changement et l’incertitude);
  • Turquoise – teal en Anglais (globalité, par une vision holistique du monde, vu comme un réseau de composants interdépendants formant un seul grand organisme – ce niveau est appelé Teal en Anglais, d’où l’appellation dans le livre de Laloux).

Il y a passage d’un niveau à un autre lorsque le niveau dominant ne permet plus de répondre aux défis posés par l’environnement. Lorsque ce passage s’opère, il intègre toujours les niveaux antérieurs, à l’image de l’évolution d’un être humain qui grandit, passant de l’enfance à l’adolescence, l’âge adulte et enfin la sagesse.

 

L’entreprise a une culture, une personnalité, qu’il est possible de placer sur la spirale dynamique. Une entreprise évolue dans un environnement socio-économique donné et donc interagit avec cet environnement. La compréhension de ces interactions est cruciale pour l’entreprise et pour ses dirigeants. Quel est le niveau (mème) dominant de mon entreprise et de mes clients? Et celui des membres de mon comité de direction? Sommes-nous en train de changer de niveau? Par exemple, une entreprise qui offre un service à valeur dominante « verte » (aide aux personnes handicapées) pourrait se retrouver en porte-à-faux dans un environnement trop concurrentiel de type orange.

 

Selon IdeoDynamic, les apports possibles de l’utilisation de la spirale dynamique en entreprise sont les suivants :

  • Meilleur fonctionnement personnel : Quand on perçoit et comprend les différents niveaux d’existence à l’œuvre en soi, on sait tirer le meilleur parti de chacun d’entre eux, on sait ce qui nous ôte et ce qui nous apporte de l’énergie, on est un meilleur apprenant, on est plus en accord avec soi-même et on développe donc son estime de soi.
  • Meilleure flexibilité et meilleure communication : Connaître les différents niveaux d’existence permet de les utiliser tous au lieu de se limiter à ceux qui font notre répertoire habituel et donc de mieux s’adapter à diverses personnes, diverses situations, diverses cultures.
  • Meilleur management et meilleur leadership : Que ce soit dans notre famille, dans une équipe ou globalement dans notre entreprise, la connaissance des différents niveaux d’existence permet d’honorer la complexité, les qualités et les potentialités de chacun, de comprendre la dynamique du groupe, de prévoir et résoudre les tensions, de créer une culture commune respectueuse de la diversité, d’attribuer à chacun les tâches qui lui conviennent le mieux.
  • Meilleure structuration des organisations : Reconnaître que les différents secteurs d’une entreprise ne fonctionnent pas sur les mêmes niveaux d’existence permet de construire une organisation plus efficiente et où les interactions sont plus fluides.
  • Meilleure gestion du changement : Détecter la diversité des niveaux d’existence au sein d’une organisation permet de construire des stratégies subtiles de changement qui sont acceptées et mise en œuvre par tous parce qu’elles respectent les valeurs de chacun.
  • Meilleures relations avec le monde extérieur et meilleure stratégie : Avec nos amis, nos relations, nos clients, nous avons une tendance naturelle à croire que nos niveaux d’existence sont les meilleurs et qu’ils devraient séduire les autres. Ce n’est pas exact. Nous ne pouvons y arriver qu’en comprenant ce qui les motive.

On perçoit bien l’utilisation qu’un coach peut faire de ce modèle, en identifiant dans quel Même évolue une personne, ou une organisation, et les conséquences qui peuvent arriver lorsque des individus se trouvent en interaction avec d’autres individus ou organisation positionnés différents. Le coach aura un rôle de facilitateur, voire de médiateur.

 

 

 

 

Orateurs

Documents

Aucun document associé.

Pin It on Pinterest